Slatecube: la startup qui va résoudre le plus gros problème des nouveaux diplômés

Ca y est tu viens de finir tes quelques années à l’ombre l’université. Tu en sors fraîchement diplômé d’une spécialité que tu as toujours rêvé d’exercer (ou pas). Te voilà à l’assaut de la vie active. Tes diplômes fraîchement imprimés et ton sourire aux lèvres. Tu es plein d’espoir et la tête pleine de rêves. Muni de ton CV bichonné, peaufiné et taillé aux petits oignons, tu te lances corps et âme sur le marché de l’emploi. Caressant le doux rêve d’une multitude d’entretiens et t’imaginant avoir l’embarras du choix pour ton futur emploi. Mais le constat sur le terrain est parfois froid et implacable : les entreprises sont allergiques aux diplômés sans expérience. Oui toi, nouvellement sorti de l’école.

medelick-jeune-diplomés-sans-experience
Jeunes diplômés sans expérience

Chose tout à fait normale si on essaye un tant soit peu d’être objectifs. Combien de personnes par exemple s’engagent dans un restaurant, un salon de coiffure ou même une école sans s’être renseigné un minimum, histoire d’être sûrs de ne pas en ressortir déçu ? Pas beaucoup vous conviendrez. Cet état de méfiance à l’égard de l’inconnu est le propre de l’humain. On est tous humain, acceptons donc que les entreprises soit méfiantes même pour accorder un stage. Soit.

Mais cette situation de crainte – bien que normale – pose énormément de préjudices aux jeunes diplômés sans expérience. Même si, soyons réalistes, quelques personnes ne vivront jamais cette situation et profiterons allègrement du réseautage ou de la renommée de leur école, d’une recommandation bien placée ou d’un emploi les attendant impatiemment depuis leurs premiers cris dans la salle d’accouchement. Qu’en est-il alors pour l’autre grande majorité sans expérience et sans recommandations ? Providence. Ils doivent attendre la providence.

Chris Kwekowe qui nous vient du Nigéria a fait exactement le même constat. Constat renforcé plus tard par un sondage dont le résultat était sans équivoque : 45% des diplômés nigérians sont sans emploi faute d’expérience. Et la tendance est globalement la même partout sur le continent. Chris a donc l’idée de combler ce manque en créant une plateforme permettant aux jeunes diplômés d’acquérir de l’expérience… virtuellement.

Aidé de son frère, Chris créé alors en 2014 : Slatecube. Une plateforme permettant aux jeunes diplômés d’acquérir de l’expérience. Pour ce faire, tout commence en suivant des cours en ligne dans de nombreux domaines: de la finance au développement web, en passant par la gestion de la colère, etc. Une fois le cours bouclé, l’étudiant choisi de réaliser un projet sur le cours précédemment suivi.

Le projet terminé, Slatecube le proposera alors aux entreprises partenaires pour appréciation. Mais l’étudiant a aussi la possibilité de soumettre directement son projet aux entreprises qu’il souhaite. Si l’entreprise est convaincue par le projet réalisé, elle propose alors à l’étudiant un stage virtuel dont la durée et le contenu restent à leur discrétion. Mais l’élément majeur de cette phase est que l’étudiant travaillera sur des tâches et des besoins réels de l’entreprise, peut-être même en collaboration avec d’autres membres de la boite.

A la fin du stage virtuel, l’entreprise décidera de l’embaucher ou non au vu de ces accomplissements et de ces compétences. De plus, l’expérience qui lui manquait cruellement ne sera alors plus qu’un mauvais souvenir. Et pourra être ajoutée sur son CV. D’une pierre deux coups donc : l’entreprise n’a pris aucun risque à embaucher une personne incompétente et l’étudiant a pu acquérir de l’expérience qu’il pourra faire valoir pendant sa future recherche d’emploi.

Et le plus beau dans l’histoire c’est que 80% des stages virtuels sur Slatecube se transforment en embauche. Un très beau succès en somme pour cette startup africaine.

Au vu de l’intérêt grandissant et du succès rencontré, Chris Kwekowe envisage pour les années à venir :

  • Nouer des partenariats avec plus d’entreprises
  • Augmenter son portefeuille de cours
  • Attirer de nouveaux investisseurs
  • Ouvrir de nouveaux bureaux dans 3 autres pays africains
  • Traduire les cours dans 17 autres langues.

Slatecube est une véritable note d’espoir pour tous les jeunes diplômés sans expérience. Et comme Chris Kwekowe le fait avec l’emploi, de nombreuses autres solutions simples et pratiques attendent d’être mises en œuvre dans d’autres domaines : santé, transport, commerce, etc.

Soutenez-nous en partageant l'article :